Chansonnette Audio : L’Amour de Pierre Desproges

Merci aux participants d’avoir joué le jeu. Ou devrais-je dire : Merci à l’unique participante Béatrice de, Art et Semence ! La réponse était juste ! Maintenant consultable sur le post : Devinette/chansonnette du soir, bonsoir !

Donc, vu le succès de cette première, je pense que cela ne peut que m’encourager à continuer. Rires.

L’Amour mis en chanson de Pierre Desproges, est tiré du livre : Fond de tiroirs.
Pierre, nous a quitté bien tôt (à 48 ans) le 18 avril 1988, à la suite d’un cancer des poumons, est-il dit. (Pourtant, je ne crois pas qu’il était grand fumeur… Certaines radiations tuent plus vites…)

« Plus cancéreux que moi, tumeur ! » Disait-il.

Alors qu’il était maintenu dans l’ignorance de la maladie par ses proches. Comme fait exprès, il choisit de partir le jour des élections présidentielles.
Je vous laisse avec tout ceci, et sur une de ses sentence récurrente :

« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. »

Fond de tiroirs est un ouvrage paru en 1990 après sa mort. Il est composé d’extraits d’émissions de radio et de tv, articles presse et portraits inédits.
Pour les inédits, Pierre travaillait à un recueil qu’il voulait intituler :

« J’les connais bien, je leur ai touché la main. »

Textes choisis par Claudine Derycke, Hélène Desproges (sa femme morte d’un cancer aussi), Louis Garbel. Renaud trouva le titre.

Maintenant, revenons-en à la distraction du jour.

Il y a sept ans, alors que je ne me sentais pas très bien ; je passais la plus grosse période de dépression de mon histoire, dernière et finale. Donc dans cet isolement le plus total ; à l’écart de ce monde incompris. J’ai eu la saugrenue et défiante idée de m’inscrire à des cours de théâtre. Il Piccolo à Aix-en-Provence, à quelques pas de chez moi.

Compatible ou pas avec la dépression, des cours de théâtre ? Je vous laisse seul juge.

J’ai donc décider d’apprendre à fond un texte de notre ami Desproges, L’Amour, en guise de billet d’entrée aux cours. En ce temps-là je m’y adonnais déjà un peu avec : Bestiaire, et deux ou trois autres dont je ne me rappelle plus les titres aujourd’hui, tirés du même recueil.

L’Amour, je l’ai répété chez moi une bonne centaine de fois, devant ma caméra vidéo, avant de le connaître par cœur !
Il fallait que je sois sûr de pouvoir passer au-dessus de toutes mes angoisses existentielles le moment venu sans fauter une seule fois.

Je sais, dans cet état déboussolé, on ne sait même plus où sont nos limites. On doute de tout et on se rassure de n’importe quoi !

Imaginez la scène quand je me suis retrouvé, des spots éblouissants en pleine figure, devant quelques inconnus suspendus à mes lèvres, doués d’expériences ou pas. Et bien sûr après que le professeur (propriétaire du théâtre) m’est encensé, clamant haut et fort que j’avais choisi un texte d’auteur pour lequel il avait une grande admiration, mais compliqué à jouer pour un débutant.

Cela n’a pas raté, au bout de la troisième lignes, j’ai eu un trou, comme on dit dans le jargon, tellement énorme que je suis resté totalement pétrifié, la tête vidée de toutes mémoires. Pour un instant, je ne savais même pas pour quoi je me trouvais là. Je ne suis plus jamais revenu dans ce théâtre.
Voici donc l’événement traumatisant qui clôturera pour de bon, mon idée folle de vouloir un jour monter sur scène à l’image de ceux que j’admirais.

C’est pas pour moi ce jeu-là.

Plus tard, j’ai mis ce texte sur ma guitare, un peu comme un exutoire.

Note :
Je ne travaille pas beaucoup mes compositions, si ce n’est pas du tout. Le plus souvent je lis le texte et en même temps j’improvise à la guitare. C’est pas mon but de faire du parfait. C’est plutôt pour faire sortir quelque chose de moi, pour me défouler, me délester d’un poids. Quand ce point est atteint, j’arrête. Cela me suffit et me comble.

Je partage ici pour la première fois quelque chose de personnel, rendu public dans le sillon, le but et le projet de fond de ce blog intitulé Kundami.

Bonne écoute, amusez-vous bien avec les paroles ! Attention c’est enregistré au dictaphone.

L’Amour de Pierre Desproges

 

2 réflexions au sujet de « Chansonnette Audio : L’Amour de Pierre Desproges »

Laisser un commentaire